Pérou

Notre Itinéraire :

Notre itinéraire au Pérou

- Lima: 2 jours
- Cuzco: 4 jours
- Machu Picchu: 3 jours
- Puno (Lac Titicaca): 1 jour

Détails de l’itinéraire : en cours de rédaction

Lima

14-15 décembre 2013: Petit moment de détente dans un bel hôtel de Lima!

Lima1

Après une très courte nuit dans l’aéroport de Santiago, nous arrivons à Lima bien fatigués pour deux jours de transit avant notre prochain vol pour Cuzco.

Nous ne sommes pas encore sortis de l’aéroport que nous sommes déjà alpagués par tous les chauffeurs de taxi « Green Taxi », compagnie officielle de l’aéroport. Ils sont un peu plus chers (2-3€ de plus) que les taxis de ville qui attendent à la sortie, mais on a pu lire que certains taxis étaient des escrocs et dépouillaient les touristes une fois montés dans leur taxi. Légende urbaine? Mythe monté par les Green Taxi? Nous ne préférons pas vérifier… :-)
L’un des chauffeurs de Green Taxi se montre un peu plus courtois, il voit que l’on cherche à retirer de l’argent dans l’aéroport (les distributeurs demandent une commission contrairement en ville). Il nous propose de faire un arrêt par un distributeur extérieur à l’aéroport et de nous déposer ensuite à notre hôtel dans le quartier de Miraflores pour 50 soles (13,2€). Avec l’épisode mamie gâteaux à la sortie du Brésil, on insiste bien sur le fait que ce prix est fixe et qu’il ne variera pas en cours de route. Il est d’accord. Sauf qu’une fois montés dans son taxi, il insiste pour avoir le nom de l’hôtel et non pas juste le nom de la rue et là, gros sketch, il nous prend pour de riches européens en voyage pour deux semaines et fait tout pour augmenter le prix de la course… Ah non!! Pas encore!! Il nous dépose finalement bien à notre hôtel, tout en tirant la tronche…

Une fois bien installés dans notre chambre, après un ptit plongeon dans la piscine et un bon repas dans un resto végétarien, nous décidons d’aller visiter le centre historique de Lima. Nous optons pour les bus à 1 soles (0,26€), il y en a partout et plutôt en mauvais état. C’est la guerre, tout le monde roule affreusement vite, y compris notre chauffeur alternant accélérations en pointe et freinages brutaux…tout cela dans un concert de klaxons… Dans chaque bus, il y a le conducteur et le « crieur », un homme debout sur le marche pieds, porte ouverte, qui hurle aux passants la direction du bus et qui tente de faire monter un maximum de monde.

Une fois arrivés à destination (grâce à une péruvienne très gentille), nous avançons dans cette immense ville qu’est Lima… Et ce n’est pas de tout repos! Ça grouille de monde de partout, les Klaxons sont toujours omniprésents… Il y a peu de verdure.

On suit le circuit conseillé par Lonely Planet (nous avons acheté le guide sous format numérique et nous avons imprimé les parties du guide nous concernant/ c’est quand même moins sympa à lire qu’un livre mais ça évite de s’encombrer de trop!). Et, là, à notre grand étonnement, on tombe sur de magnifiques monuments historiques. Nous les prenons donc en photos avec le téléphone (on a pas osé sortir l’appareil photo de l’hôtel..) et nous nous rendons compte le soir que nos photos ne reflètent pas du tout l’esprit de la ville! On pourrait vous donner envie de séjourner à Lima! Donc on ne va pas trop poster de photos :-)

Lima2

Contrairement, au Brésil et en Argentine, où on pouvait se fondre dans la foule et passer pour des locaux (du fait des vagues d’immigration passées en provenance d’Espagne, d’Italie… Et au vu du nombre d’expatriés), ici on a une pancarte « Touristes » sur le front!
On se rend compte que le niveau de vie est bien plus bas ici… Nico aime jeter un coup d’œil sur les prix des menus du Mac Do pour avoir un indice du coût de la vie (le menu big mag est passé à 3,50€ contre 6 € en Argentine).
Retour en bus, qui nous achève… Nous nous endormons sans même manger…

Le lendemain, nous arrivons donc au petit déjeuner affamés… Le petit déjeuner est servi à table et le choix est gargantuesque (saumon, asperges, œuf Bénédicte, omelette, pain perdu, gaufre, muffins, jus pressé…). Nico veut tout goûter :-) … On s’est fait un festin, c’était délicieux (ça change du pain sec, de la confiture et du faux jus d’orange Tang dans les auberges), on sort de là avec un mal de ventre tellement on a dévoré les plats… On part se recoucher :-) … Nous décidons de passer une journée détente, loin du bruit de la ville, nous prenons le temps de préparer la suite du voyage, de mettre à jour le blog, de profiter de la piscine extérieure…

Nous voilà remplis d’énergie pour partir le jour suivant à la découverte de Cuzco, de la vallée sacrée et du mythique Machu Picchu.

Bilan

Ce que l’on a particulièrement aimé:

- notre hôtel, qui a permis de passer un séjour reposant, après ce long trajet entre le sud de l’Argentine et le Pérou.

Ce que l’on aurait préféré éviter :

- faire une halte à Lima, qui présente peu d’intérêts.

Cuzco

16-18 décembre 2013: Un séjour agréable dans la charmante ville de Cuzco

Cuzco

Après un bon ptit déjeuner, nous partons en direction de l’aéroport pour un vol Lima – Cuzco (environ 1h de vol). Nous arrivons à notre auberge vers 16h. Nous allons nous promener dans le centre, nous commençons par la Plaza de Armas, connue pour être l’une des plus belles places d’Amérique du Sud et nous continuons par la Plaza Recocijo, la Plaza San Francisco, le Palais de justice… La ville est vraiment très charmante. Nous croisons de nombreuses femmes habillées avec la tenue traditionnelle (longue jupe, jupons, châle et chapeau melon), certaines portant sur leur dos leur enfant ou leurs provisions dans un grand tissu coloré. On se fait alpaguer de partout entre les masseurs ambulants, les vendeurs à la sauvette de tableaux, ponchos, bonnets, les rabatteurs pour les restaurants…. Et oui, contrairement au Brésil et en Argentine où nous pouvions passer pour des locaux, ici impossible de se fondre dans la masse! On reprend notre statut de touristes! L’ambiance reste toutefois très agréable… Il y a plein de bons restaurants! On en trouve un avec une superbe vue panoramique! Après un bon dîner, nous rentrons tranquillement…Et là, je passe une nuit épouvantable !! J’ai de gros maux de tête, j’ai l’impression que mon crâne va exploser!

Je me réveille fatiguée avec du sang dans la bouche, les lèvres bleutées, ce mal de crâne persistant… Je suis atteinte de la Soroche, le mal des montagnes! Je ne fais pas ma maligne… Surtout que j’avais lu pas mal d’articles assez flippants sur le sujet, du genre : « Attention, ne sous-estimez pas la Soroche, qui peut s’avérer pour certains mortelle »… On part donc en pharmacie m’acheter quelques médicaments (enfin juste 3 cachets pour la journée car on tombe sur un pharmacien qui profite de mon malheur pour se faire un peu d’argent ! 2€ les 3 pilules au Pérou, sérieux? Il n’y a pas quelque chose qui cloche?) Heureusement, le médicament semble efficace!

On prend un bus vers les ruines de Tambomachay, où l’on achète un billet touristique (obligatoire pour visiter les ruines de la région) et on se promène ensuite de ruines en ruines (Pukapukana, Q´enqo, Sacsayhuamá) en passant par le Cristo Blanco. Nous sommes ravis de ne pas être passés par une agence (qui dépose les touristes à chaque ruine et repart avec eux en voiture), car la randonnée à pieds est superbe, les paysages sont vraiment jolis (finalement plus que les ruines!), on passe une belle journée, il fait chaud!

Le jour suivant, c’est journée rafting (110 soles – 29€/ pers). Nous avions réservé notre excursion dans une agence en centre ville sans savoir quelle compagnie nous prendrait en charge. C’est finalement un moniteur de l’agence Mayuc qui vient nous chercher à l’auberge, nous sommes ravis (et rassurés) car c’est une agence bien recommandée sur internet (et le rafting n’est pas une activité réglementée au Pérou!). Il y a pas mal de route pour se rendre sur la partie supérieure de l’Urubamba (2h30). Une fois arrivés, nous nous équipons (casque, combinaison, veste). Les moniteurs péruviens sont très sympas et professionnels (longues explications avec les gestes à savoir, les indications à connaître). Nous partons à 3 bateaux de rafting avec chacun à bord un moniteur. Trois kayakistes suivent les bateaux en cas de chute. C’est parti pour 2h magique de descente! Les paysages sont magnifiques! Il y a une bonne ambiance dans le bateau, on suit à la lettre les indications du moniteur. On rigole bien! On se fait par moment quelques petites frayeurs (d’ailleurs un des bateaux se retourne entièrement!). Le soleil est présent! À la fin de la balade, douche chaude, bon ptit repas, et on part faire de la tyrolienne! C’est top de finir par ce petit moment d’adrénaline! On part du camp vers 18h. Quelle journée !!

Bilan

Ce que l’on a particulièrement aimé:

- notre journée de rafting, riche en émotions!
- la charmante ville de Cuzco!
- le restaurant Green Point, Rue Carmen bajo n°235, très très bon rapport qualité/ prix (normalement, nous évitons de faire de la pub mais là on vous le recommande!!),
- les paysages des environs de Cuzco.

Ce que l’on aurait préféré éviter :

- Si c’était à refaire, nous n’aurions pas forcément acheter le billet touristique (1 jour/ 70 soles -18€/pers) pour les ruines des environs de Cuzco. En effet, la balade de ruines en ruines est très agréable, les paysages très jolis, il est possible d’entrer gratuitement sur deux des sites (Pukapukana, Q´enqo) et de contempler au loin Sacsayhuamán, donc l’achat du billet n’est pas essentiel!
- la Soroche!!

Machu Picchu

19-22 décembre 2013: Un long trajet pour arriver au Machu Picchu, mais quelle merveille!!

MachuPicchu

Pour aller au Machu Picchu en partant de Cuzco, il y a 4 solutions :
- l’hélicoptère :-) (40 minutes de vol et environ 205€ l’aller/ personne),
- le train (3h30 et environ 55€ l’aller/ personne pour le train le plus économique),
- l’expédition en colectivo (sorte de vieux van)+ marche à pieds (9h30 et environ 12€ l’aller/ personne)…
- ou alors il faut choisir un tour opérateur et faire le fameux Inca trail ou Jungle trail sur 3 jours environ (entre 250€ et 450€)…

Nous avons pas mal pris l’avion ces dernières semaines, nous optons là pour la solution la plus économique. On a le temps et on a un budget à tenir!

Nous nous levons donc vers 5h45 pour attaquer les longues heures de transport et la randonnée en direction d’Aguas Calientes, ville située en contrebas du Machu Picchu. Nous arrivons au terminal de bus vers 6h15 en pensant prendre le bus de 6h30 pour Santa Maria… sauf que le le premier bus ne part qu’à 7h30! Nous trouvons heureusement un colectivo contre 30 soles/personne (7,9€), en direction de Santa Maria… Nous sommes bien serrés sur la banquette du fonds, Nico n’a quasiment pas de place pour mettre ses jambes. C’est parti pour 4h de route. Le conducteur roule très vite mais plutôt bien heureusement. Il pleut assez fort, ce qui l’oblige à ralentir… Heureusement car on arrive sur des routes de montagne! Les paysages sont très beaux, on roule dans la vallée sacrée, on passe par Ollantaytambo.

Une fois arrivés à Santa Maria, à peine sortis du colectivo, nous sommes alpagués par plusieurs hommes… On monte dans une voiture… Le chauffeur demande à Nico de s’asseoir dans le coffre! :-) Il refuse… C’est finalement une péruvienne qui s’y installe! La situation est plutôt marrante entre la péruvienne dans le coffre, une autre péruvienne qui dort sur mon épaule, nous six dans notre petite voiturette! Après 45 minutes de route en direction de Santa Teresa (10 soles/ 2,6€/p), nous changeons de véhicule et prenons un van pour Hydraulica (5 soles/ 1,3€/p). Nous arrivons vers 13h et nous commençons la randonnée à pieds de 2h30/ 3h, en suivant les rails de train menant à Aguas Calientes (il vaut mieux éviter de faire la randonnée après que le soleil se couche car il faut longer une voie ferrée non éclairée). La balade est plutôt agréable malgré la fatigue.

MachuPicchu

Nous arrivons à destination vers 16h. Nous allons faire un tour dans la ville. Il y a des restaurants partout, avec des menus touristiques pour 15 soles (3,9€). Mais nous ne tentons pas le diable, Aguas Calientes est connue pour sa nourriture peu fraîche, nous prenons des tacos et l’happy hour (ici, c’est 1 verre acheté, 3 offerts!!).

Le lendemain, nous nous levons vers 4h50, embarquons les sandwichs et prenons le premier bus de 5h30 pour faire partie des premiers à entrer sur le site du Machu Picchu, avec les billets réservés sur internet (156 soles/p soit 40€). Et oui, nous avons opté cette fois pour le trajet en bus de 20 minutes (53 soles/ 13,9€) pour atteindre le Machu Picchu plutôt que la randonnée d’1h30 qui obligeait à se lever encore plus tôt et qui nous prenait une bonne partie des ressources de la journée avant la visite du Machu Picchu et l’ascension du Wayna Picchu (également appelé Huayna Picchu). Nous découvrons donc le mythique Machu Picchu parmi les premiers… C’est impressionnant une telle construction à 2.430 mètres d’altitude, au milieu de nulle part. Nous apprenons qu’il fallut des milliers d’ouvriers et 50 années pour construire la citadelle inca et qu’un tel chantier coûterait aujourd’hui plus d’1 milliard de dollars. Dommage, le temps est brumeux, mais apparemment c’est souvent le cas à cette heure si matinale. Nous prenons le temps d’observer le site d’en haut et nous allons nous balader dans les ruines durant de nombreuses heures. C’est super, le ciel s’est découvert. Il y a plusieurs lamas (chargés de tondre la pelouse) et l’un d’entre eux se prête au jeu de la photo avec les touristes!

Nous avons ensuite une réservation à 10h pour l’ascension du Wayna Picchu, pic de 2.720 mètres (limitée à 400 visiteurs par jour/ il faut donc réserver en général au moins 2 semaines à l’avance son billet sur Internet). On voit les gens sortir de là complètement lessivés, haletants, pas très frais. On se demande ce qui nous attend! La montée prend un peu moins d’une heure mais elle est très abrupte! Quel bonheur! La vue est superbe! On se rend compte que l’on a pris UN PEU de niveau avec les treks précédents, car on sort plus frais que les autres touristes :-) … Ou du moins nous sommes plus habitués à l’altitude! C’est grandiose! L’ascension est agréable et ludique!

MachuPicchu

Par contre, prévoyez assez de bouteilles d’eau car impossible d’acheter de l’eau sur le site (seulement à l’extérieur) et entre la chaleur et la fatigue, on meurt de soif!

Après sept magnifiques heures à en prendre plein la vue et faire des centaines de photos, nous quittons le site vers 13h, fatigués et surtout assoiffés. A la sortie, arrangement sur le prix des boissons: pas de grande bouteille d’eau à la vente, 8 soles (2,1€) la petite bouteille d’eau, presque 8 fois plus chers qu’en magasin! Nous pensions rentrer à pieds… Mais au vu du prix de l’eau, et du nombre de bouteilles que l’on aurait dû acheter pour contenter notre soif, cette solution n’aurait pas été beaucoup plus économique que le bus à 13,9€! Nous rentrons donc en bus et achetons de l’eau en ville!

Nous trouvons un hôtel, et nous passons une après-midi détente! Je passe encore une nuit horrible! Décidément, MON CORPS n’aime pas trop le Pérou!

Le jour suivant, c’est de nouveau parti pour 10h de trajet en direction de Cuzco : 2h45 de marche à pieds, colectivo sans changement jusque Santa Maria puis second colectivo qui nous amène dans le centre ville. Finalement, nous avons payé un chouïa moins cher et les colectivos étaient bien plus confortables! Il y a plusieurs types de colectivos, donc si vous pouvez jeter un coup d’œil au véhicule, avant de payer et de monter, faites le! Vous ne passerez pas le même voyage!

MachuPicchu

Petite journée tranquille à Cuzco avant de prendre le bus de nuit pour Puno!

Bilan

Ce que l’on a particulièrement aimé:

- Bien évidemment, notre journée magique au Machu Picchu! Un conseil, si vous passez au Machu Picchu, faites également l’ascension du Wayna Picchu ou du Cerro Machu Picchu!

Ce que l’on aurait préféré éviter :

- la nourriture à Aguas Calientes, dangereuse pour l’estomac!
- le long trajet entre Cuzco et Aguas Calientes à l’aller et au retour! Il vaut mieux opter pour un trajet en train, surtout lorsqu’on a un timing serré!

Puno

23 décembre 2013: Une journée à Puno et aux îles Uros….

Puno

Nous connaissons tous le lac Titicaca depuis notre enfance, grâce notamment aux blagues enfantines sur le sujet! D’ailleurs, lorsque vous parlez à un habitant ou à un guide, ces derniers insistent bien sur la prononciation à adopter : non pas « titicaca » mais  » Titi Khar’ka » de son nom originel.

Le lac Titicaca est situé de part et d’autre de la frontière entre la Bolivie et le Pérou. Situé à 3.808 mètres d’altitude et d’une superficie de 8.400 km2, il s’agit du plus haut plan d’eau navigable au monde.

Nombreux sont les touristes rencontrés à nous encourager à passer du temps du côté bolivien du lac plutôt que du côté péruvien. Le bus de Cuzco passant forcément par Puno, nous décidons d’y faire quand même une halte de 24h pour nous rendre sur les îles Uros, îles flottantes fabriquées à partir de roseaux.

Puno

Nous arrivons vers 5h du matin à Puno. Heureusement, le réceptionniste accepte de nous remettre les clefs de la chambre tout de suite. Après une petite sieste, nous allons jusqu’au port pour prendre un bateau et aller aux îles Uros (10 soles de bateau et 5 soles d’entrée, soit 3,9€/ personne l’aller retour).

À notre grand étonnement, un guide est présent sur le bateau.

Les panoramas sont très jolis, les îles Uros valent le détour dans le sens où ce sont des îles flottantes fabriquées par les habitants. Plutôt original! Les habitants recouvrent leur île avec plusieurs couches de roseaux légers (qui poussent en abondance dans les bas-fonds du lac), couches renouvelées au fur et à mesure que les couches inférieures pourrissent! Les habitants se construisent ainsi leurs îles, leurs bateaux,… et même des balançoires (mais nous n’en avons pas vu!).

Nous arrivons sur une première île, très typique, où vivent deux familles! Les conditions de vie sont difficiles, les habitants sont plutôt pauvres et vivent principalement du tourisme.

Puno

Nous sommes plus ou moins harcelés pour faire une promenade sur un bateau typique, contre 10 soles par personne. On est une bonne dizaine…sauf que l’un des touristes aurait donné un faux billet de 10 soles. Et c’est parti pour 5 longues minutes d’accusations! Objectif: retrouver le coupable! La « balade » a duré 2 minutes top chrono et nous avons plutôt fait du surplace :-) ! Mais bon, le but c’était plutôt d’aider les populations!

Nous arrivons ensuite sur une seconde île sans âme, créée pour les touristes! Aucun habitant n’y vit, il n’y a que deux restaurants et une petite boutique d’artisanat! Pourquoi nous faire venir ici? Nous qui voulions éviter le circuit organisé, nous nous y sommes retrouvés enrôlés!

Les îles ont perdu de leur charme avec l’arrivée des touristes et des circuits organisés! Malgré tout, cette excursion qui manquait un peu d’humanité nous a permis de contempler des paysages sensationnels, de faire un tour en bateau et de découvrir un mode de vie très différent!

Puno

Bilan

Ce que l’on a particulièrement aimé:

- les paysages fabuleux des îles Uros!

Ce que l’on aurait préféré éviter :

- le côté très touristique des îles Uros!! Autant, nous avions donné avec plaisir de l’argent à la famille pour faire une photo avec elle et nous avons accepté de jouer le jeu en payant pour le « tour » en bateau typique, autant nous sommes sortis déçus de l’île, car à vouloir récupérer de l’argent à tout prix des touristes, ils ne les voient plus que comme des portefeuilles sur pattes! Un sourire ne coûte rien et aurait beaucoup changé l’excursion! Il est évident que c’est l’ampleur des circuits organisés sur leurs îles qui a fait changer les mentalités et que certains touristes se comportent très mal (en les photographiant comme des bêtes sauvages sans leur demander la permission et sans aucune contrepartie).
- la ville de Puno, sans grand intérêt hormis les îles à proximité.